Empreinte moderne : déroulé du sceau-cylindre RS 7.120 (Louvre AO18548)
(© Mission de Ras Shamra)
Les rhytons coniques et ovoïdes d’Ougarit

Les rhytons coniques et ovoïdes d’Ougarit

équipe de recherche: Guillaume Blanc

Fouillés durant des décennies, les sites de Ras Shamra et Minet el-Beida ont livré de nombreux vases nommés rhytons. Ces derniers comportent deux ouvertures dont la plus étroite permet l’écoulement d’un liquide. Les rhytons de l’antique Ougarit constituent par leur nombre le corpus le plus important du Levant. La variété des structures reconnues permet de mettre en évidence deux grands ensembles, les rhytons coniques et les spécimens zoomorphes, auxquels il faut ajouter quelques types plus isolés. Leurs formes, leurs décors et leurs provenances (productions locales et importations) témoignent d’une grande diversité. La très grande majorité des vases présente une panse de forme conique ou ovoïde et sont en céramique mycénienne.
En majorité publiés, les rhytons coniques et ovoïdes d’Ougarit n’ont cependant pas fait l’objet d’une étude complète. L’un des axes de la recherche actuelle est d’établir le corpus exhaustif de cette catégorie d’objets grâce à l’exploitation des archives de la Mission (notamment le fonds Schaeffer au Collège de France). Les travaux en cours ont déjà permis de présenter récemment deux nouveaux spécimens.
De plus, l’étude des inventaires, photographies, dessins, croquis inédits permettra de mettre en lumière les caractéristiques de certains vases et d’apporter de nouvelles données sur les contextes de découverte, en particulier sur les associations de mobilier.
Vases destinés à la préparation et au service des boissons, les rhytons ont probablement aussi permis de verser des libations et, à ce titre, ils s’inscrivent dans un programme de recherche visant à mieux comprendre la religion et la culture matérielle d’Ougarit. Si les recherches actuelles ont révélé les détails de certains décors, l’étude iconographique devra être étendue. Elle pourrait permettre de mieux comprendre l’engouement des habitants de la cité d’Ougarit pour cette catégorie d’objets et surtout la signification de certaines représentations, leur éventuelle portée symbolique. De plus, les travaux apporteront de nouveaux éléments sur les liens entretenus entre Ougarit et l’Egée.

Bibliographie

Blanc G. 2017, « Fouilles anciennes : héritons des archives ! Quelques nouveautés sur les rhytons d’Ougarit », in V. Matoïan (dir.), Archéologie, patrimoine et archives, Les fouilles anciennes à Ras Shamra et à Minet el-Beida, I, Ras Shamra – Ougarit XXV, Éd. Peeters, Leuven, 301-331.
Courtois J.-C. 1978, « Corpus céramique de Ras Shamra-Ugarit, II », in Ugaritica VII, Paris-Leiden, p. 191-370.
Hirschfeld N. 2000b, « The catalogue », in M. Yon, V. Karageorghis et N. Hirschfeld, Céramiques mycéniennes d’Ougarit, Ras Shamra – Ougarit XIII, Paris – Nicosie, p. 75-161.
Koehl R. 2006, Aegean Bronze Age Rhyta, Prehistory monographs 19, Philadelphie (Pennsylvanie).
Matoïan V., Carbillet A., Blanc G., 2016, « Le fait religieux à Ougarit : objets de culte et materia magica », in V. Matoïan et T. Römer (dir.), Catalogue d’exposition : Ougarit, entre Orient et Occident, Collège de France – Mission archéologique syro-française de Ras Shamra – Ougarit, Paris, p. 32-33.
Schaeffer C.F.-A. 1949, Ugaritica II, Paris.
Yon M. 1985, « Instruments de culte en Méditerranée orientale », in V. Karageorghis (ed.), Acts of the international archaeological symposium « Cyprus between the Orient an the Occident », Nicosie, p. 265-285.
Yon M. 1987, « Les rhytons du sanctuaire », in M. Yon (éd.), Le centre de la Ville, 38e-44e campagnes (1978-1984), Ras Shamra – Ougarit III, Paris, p. 343-350.

Rhyton RS 3.012 in situ en céramique mycénienne à décor peint de poulpe, H. 36 cm, Minet el-Beida
(Schaeffer 1932, p. 4, fig. 3).

Rhyton RS 15.500 en céramique locale avec un décor peint bicolore (incomplet), H. 22 cm, Ras Shamra
(Mission archéologique de Ras Shamra, cliché V. Matoïan, RSO XXV).

in consequat. ipsum adipiscing leo. sem,