Vue du Djebel Akra depuis la côte dans la région de Ras Shamra
(© Mission de Ras Shamra)

La royauté ougaritique

École Pratique des Hautes Études (PSL), Sciences historiques et philologiques 2019-2020

Conférences données par Valérie Matoïan

EPHE, 54 Bd Raspail, Paris, lundi 14h – 16h (chaque semaine à partir du 20 janvier 2020)

La riche documentation ougaritique, livrée par les fouilles menées sur les sites de Ras Shamra, de Minet el-Beida et de Ras Ibn Hani, est l’une des sources qui éclairent le mieux les civilisations urbaines et palatiales qui se sont développées à l’âge du Bronze au Proche-Orient et en Méditerranée orientale, plus particulièrement pour la période du Bronze récent.
Après s’être intéressé au concept de royauté, la thématique de la royauté au Levant nord sera abordée en nous fondant sur une approche pluridisciplinaire dont l’objectif est de proposer une analyse en contexte de l’ensemble de la documentation archéologique et iconograhique d’Ougarit, tenant compte d’une confrontation avec les sources textuelles. Il s’agira d’une part de réexaminer les données publiées et d’autre part de prendre en considération la documentation inédite en vue d’une reconstitution historique au plus près de la réalité antique.
Les recherches menées depuis une dizaine d’années ont en effet montré combien il est aujourd’hui important de réintégrer dans notre discours cette part de l’inédit, importante dans le champ des études ougaritiques dans la mesure où, bien souvent, les fouilles anciennes n’ont pas fait l’objet de publications détaillées.
Plusieurs programmes de recherche en cours, développés dans le cadre des activités de la Mission archéologique syro-française de Ras Shamra – Ougarit, s’attachent à l’étude de contextes (le palais, mais aussi le secteur palatial dans son ensemble, les édifices associés à de grands personnages du royaume, les temples de l’Acropole…) dont l’analyse est à même d’approfondir, voire de renouveler, nos connaissances sur la royauté ougaritique, sur la figure du roi, son statut, ses fonctions et ses prérogatives, sur l’idéologie royale. On s’interrogera notamment sur les moyens à notre disposition pour proposer une interprétation fonctionnelle et symbolique des realia et des images relevant de la thématique royale.
Inscrite dans la tradition syrienne qui s’élabore à partir du troisième millénaire av. J.-C., documentée par les découvertes d’Ebla et de Mari, l’Ougarit du second millénaire occupe une place clé entre la Mésopotamie et l’Égée, l’Anatolie et l’Égypte. L’un des enjeux de la recherche est de reconnaître, dans ce domaine spécifique de la royauté, la part relevant de la tradition amorrite ou encore de la tradition hourrite, de celle de la tradition cananéenne, ainsi que l’impact de l’évolution de la situation politico-diplomatique de ce royaume levantin prospère.

elit. ut dictum in nec odio Curabitur velit, mi, dapibus accumsan Aliquam